Guerre de Corée : La prise de Wolmi-Do (15/09/50)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guerre de Corée : La prise de Wolmi-Do (15/09/50)

Message  Imad Eddin AL-HAMADANI le Mar 29 Déc - 10:17

La prise de Wolmi-Do (15 septembre 1950)

A la mi-août 1950 la situation des USA et des autres troupes de l’ONU engagées en Corée prit un tour critique. Supérieurs en nombre et en équipement, les Nord-Coréens avaient réussi à repousser leurs opposants dans une petite poche de résistance au sud-est de la péninsule : le périmètre de Pusan. Dans cette période de crise, seul le général Douglas McArthur pensait en termes de victoire totale. Persuadé que l’élan ennemi s’essoufflait, il planifia de couper la North Korean People’s Army (NKPA) de ses bases. Un assaut amphibie suivi d’une poussée à l’intérieur des terres scellerait le destin de la NKPA désormais prise entre 2 feux. Dans l’esprit de McArthur, un seul endroit permettrait de réaliser ce plan : Le port d’Inchon, à l’ouest de la Corée du Sud En dehors des nombreuses contraintes techniques que présentait un tel assaut, il requérait un préalable indispensable : sécuriser l’île de Wolmi-Do.

1. L’île de la queue de la lune
Wolmi-Do (l’île de la queue de la lune) dominait à l’ouest le port d’Inchon. Point de passage obligé pour atteindre les seules plages de débarquement praticables, elle était avant la guerre une sorte de station balnéaire. Une zone industrielle occupait sa zone nord et on y trouvait un port de pêche, une piscine, des magasins et des restaurants. Après l’invasion des Nord-Coréens, elle devint rapidement zone interdite pour les civils après qu’on y eût creusé des tranchées et installé casemates, barbelés et batteries d’artillerie. Cette longue et étroite île vaguement triangulaire (900m de chaque côté) était supposée abriter au moins 1 bataillon ennemi (le 3/226th Independent Marine Regiment et le 2/918th Coast Artillery Regiment moins une batterie). La plus grande partie de sa surface était occupée par une colline aux pentes raides couvertes de broussaille culminant à 115m appelée « Radio Hill ». Son port était relié aux docks d’Inchon par une chaussée de plus de 700m. Une autre chaussée à peu près aussi longue la reliait au sud au phare de l’îlet rocailleux de Sowolmi.
En termes militaires Wolmi-Do « commandait » l’accès au port et aux plages d’Inchon. La position était parfaite : marées d’exceptionnelles amplitudes, fort courant, étroit chenal (le « Flying Fish Channel »), peu de profondeur. Seuls des navires ne dépassant pas la taille d’un destroyer pourraient s’en approcher, et encore devraient-ils jeter l’ancre pour ne pas dériver, devenant ainsi de parfaites cibles pour les batteries dissimulées sur l’île. Selon le major-general O.P. Smith, en charge de la nouvellement réactivée1st Marine Division, la prise de l’île était la clef de l’opération. Sa capture devait impérativement précéder le débarquement en lui-même.
Selon le plan de Smith, le 3/5 Marines du lieutnant-colonel Robert D. Taplett devait débarquer sur Green Beach avec la marée du matin. Douze longues heures devaient ensuite s’écouler avant la marée du soir et le débarquement final. Le reste du 5th Marines (lt-col. Raymond Murray) prendrait Red Beach, à l’ouest de la ville et le 1st Marines du colonel Lewis « Chesty » Puller s’attaquerait à Blue Beach, au sud.

2. Le Desron 9
La neutralisation des batteries de Wolmi-Do revint au Gunfire Support Group du rear-admiral J.M. Higgins. Le 13 septembre, à 7h00, une colonne de 4 croiseurs et de 6 destroyers (Destroyer Squadron 9 ou Desron 9) passa le Flying Fish Channel. Le Desron 9 (Mansfield, DeHaven, Lyman K. Swenson, Collett, Gurke et Henderson) avait été choisi à la fois parce qu’il était présent depuis le début du conflit mais aussi parce que ses bâtiments, plus anciens et moins bardés d’électronique, pouvaient plus facilement être sacrifiés. Ils devaient en effet jouer les cibles mouvantes pour découvrir les batteries non repérées. Temps clair, mer calme. Les croiseurs (Toledo, Rochester, HMS Kenya et HMS Jamaïca) jetèrent l’ancre à une quinzaine de kms au sud-ouest d’Inchon. Le Desron 9 les dépassa pour se rapprocher d’avantage de sa cible. A 11h45 le Mansfield repéra des mines sous-marines. Quatre sur 12 furent détruites au canon de 40mm. A 12h42 le Gurke s’immobilisa à environ 700m de l’île alors sous le feu des Corsairs et Douglas Skyraiders de la Task Force 77.

Insigne du Desron 9

A 12h55, le DeHaven ouvrit le feu, détruisant en 1 coup une batterie de 75mm imprudemment révélée. A 13h00, le reste du DS9 se mit à pilonner l’île. A 13h03 les Nord-Coréens répliquèrent. Plus exposé que les autres, le Collett encaissa 5 coups, l’un d’entre eux mettant hors de combat son système de contrôle de tir. Le Gurke en encaissa 3. Le DeHaven fut légèrement endommagé, tandis que le Swenson et le Mansfield furent manqué de très peu. Les croiseurs intervinrent en soutien, bombardant aux canons de 6 et 8-inch toute batterie exposée, sur l’île ou sur la côte. A 14h00, le DS9 se retira, sous la couverture des croiseurs et de la TF77. Les pertes étaient d’1 mort et 8 blessés. A 16h10, les croiseurs se remirent à bombarder l’île pendant 30 minutes.
Le lendemain à la même heure la manœuvre se renouvela. Le Collett, plus significativement endommagé que les autres, demeura en arrière et détruisit 5 nouvelles mines sous-marines. La TF77 avait repris ses assauts. Le bombardement dura 40mn avant que de maigres et peu précises répliques ne se déclenchent. A 14h15, le DS9 quitta la zone après avoir tiré 1732 coups. Plus aucun tir de contre-batterie ne se faisait alors entendre. Les croiseurs s’attaquaient de nouveau aux défenses d’Inchon même. Très fière de son travail, la Navy reporta Wolmi-Do comme mûre pour l’assaut.

3. Le 3/5 Marines à l’assaut
Le convoi qui transportait les troupes destinées à prendre Wolmi-Do (Fort Marion, Diachenko, Horace A. Bass, Wantuck) quitta Pusan le 12 septembre. A 2h30 le 15 septembre il rejoignit son escorte (DeHaven, Swenson, LSMR-401, 403, 404, Southerland, Gurke, Henderson, Toledo, Rochester, Kenya, Jamaïca, Collett, Mataco) à l’entrée du chenal. La longue colonne traversa de nuit, sans lumière. A 5h00, tous les navires étaient en position de combat.


Carte de l'assaut

L’heure H était prévue pour 6h30. A 5h40 les Marines commencèrent à embarquer les 17 LCVPs (Landing Craft Vehicle & Personnel) à leur disposition. A 5h45, le bombardement pré-débarquement fut initié par les canons de 8-inch du Toledo, suivi par le reste de la flotille. Le 3/5 Marines embarqua à 6H00. Les 3 LSMRs (Landing Ship, Medium, Rocket ; commander Clarence T. Doss) lance-fusées à courte-portée matraquèrent la zone à partir de 6h15. Depuis le navire-amiral de la Naval Task Force 90, le Mount McKinley, le général McArthur et son Etat-major observaient la scène.


En route vers Green Beach alors qu'Inchon est en flammes

La 1ère vague de 7 barges quitta sa ligne de départ à 6h27, à 800m de son objectif. Un peloton de la Cie G se trouvait sur la droite, 3 pelotons de la Cie H sur la gauche. Ils convergèrent vers l’étroite plage (à peine 50m de large) pour débarquer à 6h33 alors que les Corsairs des Marines (VMF 323 « The death rattlers », major Arnold Lund et VMF 214 « The black sheep », les célèbres « Têtes brûlées », maj. Bob Keller) bombardaient et mitraillaient la plage à moins de 50m ! Le reste des 2 compagnies débarqua 2 minutes plus tard. Un étonnant silence accueillit les Marines, seulement troublé par quelques coups de feu épars. La phase de bombardement précédant l’attaque avait joué son rôle à plein. De nombreuses batteries lourdes, directement pointées sur Green beach n’étaient pas servies lorsque les Marines arrivèrent sur la plage.
Le capitaine Patrick Wildman de la Cie H envoya 2 sections nettoyer North Point et plongea vers la zone industrielle, en train de brûler à cette heure. Afin de sécuriser l’accès à la chaussée menant à Inchon, il fit rapidement poser un glacis de mines anti-tank. Après s’être rapidement réorganisée la Cie G, emmenée par le 1st lieutant Robert « Dewey »Bohn se dirigea vers la pointe sud de Radio Hill. La résistance manquait singulièrement d’agressivité. A 6h55, le 3e peloton, Cie G (sgt Alvin E. Smith) accrocha un drapeau américain sur le tronc d’un arbre brisé. Voyant la bannière étoilée s’élever, McArthur se leva et dit « C’est terminé. Allons prendre une tasse de café ».
Dix tanks, 6 Pershings M-26 et 4 Shermans M4-A3 modifiés (2 « dozers », 1 lance-flammes, 1 de remorquage), sous le commandement du lt Granville G. Sweet débarquèrent de leur LSUs (Landing Utility Ship) à 6h46, avec la troisième vague d’assaut. Une auto-mitrailleuse blindée eut la mauvaise idée de tenter de traverser la chaussée en provenance de la ville au même moment. Elle partit en fumée à réception d’un obus de 90mm dans le mille en provenance du tank du staff-sgt Cecil Fullerton. A 6h50, le lt-col. Taplett débarqua à son tour, à peu près en même temps que la 4ème vague amenant la Cie I, réserve bataillonnaire récemment constituée du cpt Robert A. McMullen. Cette dernière se mit en route derrière la Cie H, affrontant cette fois les lancers de grenades d’un peloton ennemi laissé en arrière. McMullen appela les blindés en renfort. Un Sherman «Dozer » enterra les Nord-Coréens dans leurs trous. Un peu plus loin McMullen trouva un nouveau groupe de défenseurs à l’abri dans un tunnel. Après 2 tirs d’obus de 90mm, 30 Nord-Coréens hagards sortirent les mains en l’air. A part quelques positions bien retranchées qui décidèrent de lutter jusqu’au bout, les Marines ne rencontrèrent globalement que des soldats démoralisés et hagards, prêts à se rendre.

Nettoyage de l'île par le 3/5 Marines

A 7h45, Taplett fit passer le message « 45 prisonniers capturés, résistance faible ». Wildman avançait avec précaution dans les ruines de la zone industrielle. Taplett ordonna à Bohn de s’emparer du reste de Radio Hill. A 8h00, la hauteur était la propriété du US Marine Corps.

4. « Wolmi-Do sécurisée »
Après cette prise, Taplett entra de nouveau en contact avec le Mount McKinley et fit un rapport laconique : « Mission accomplie…Wolmi-Do sécurisée…». Suivant le plan prévu, il consolida ses gains. La Cie I se mit sur la défensive à North Point, la H dans la zone industrielle et la G sur Radio Hill. La piscine vide située au bout de North Point servit d’enclos à prisonniers.

Le Ltc Taplett à Wolmi-Do

A 10h00, Taplett ordonna à Bohn de prendre Sowolmi-Do. Bohn envoya une section du 3e peloton du 2nd lt John D. Counselman. En prélude à l’assaut, un flight de Corsairs bombarda et inonda l’îlet de napalm. Couverts par 2 tanks et un rideau de mortiers de 81mm, les Marines traversèrent l’étroite jetée sous les tirs d’une colline infestée de caches. Les lance-flammes et les fusées de 3.5-inch réduisirent les nids de résistance un à un. Les Nord-Coréens perdirent 17 tués et 19 prisonniers. Une poignée d’hommes tenta de s’échapper à la nage. La plupart périrent percés de balles ou noyés. A 11h15 Sowolmi-Do était pris pour 3 marines blessés. A midi, plus aucune résistance n’existait sur l’île.


Marines de la Cie H en protection de la chaussée menant à Inchon

Au total, le 3/5 n’avait eu que 17 blessés, aucun mort. Les Nord-Coréens comptaient 108 tués, 136 prisonniers. Plus d’une centaine d’autres étaient supposés enterrés dans leurs trous par les « Dozers ». La TF77 interdit la zone dans un rayon de 25km autour d’Inchon. Dans l’après-midi, le poste d’observation installé sur Radio Hill reporta quelques emplacements de batteries que la Navy se chargea de bombarder, ainsi que les futures plage de débarquement. Les hommes furent ravitaillés en munitions et en nourriture. Une section de reconnaissance repéra le secteur pour les 2 bataillons d’artillerie qui devaient arriver dans la soirée.


Position nord-coréenne retranchée à Wolmi

Pressé d’en découdre d’avantage et devant le peu d’activité ennemie signalée, Taplett insista pour lancer un premier assaut sur la ville, ou pour le moins une reconnaissance en force. Le QG lui opposa une fin de non recevoir.
Il fallait désormais attendre la marée du soir pour que le reste de la 1st Marine Division ne débarque sur Red et Blue Beach et ne tente de s’emparer d’Inchon.
avatar
Imad Eddin AL-HAMADANI
EUROMED 09|10
EUROMED 09|10

Messages : 265
Date d'inscription : 24/12/2009
Age : 33
Localisation : Casablanca

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum