Terrorisme sous-marin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Terrorisme sous-marin

Message  Imad Eddin AL-HAMADANI le Mer 30 Déc - 4:13

Sous-marin de poche terroriste : fantaisie ou réalité prévisible ?
(©Jean-Jacques Cécile, août 2006)


La situation est grave : il s’agit d’une des pires crises terroristes que le monde occidental ait eu à affronter. Des membres de la secte japonaise Aum Shinrikyo ont acquis un sous-marin de poche nord-coréen et l’ont bourré d’explosif. Ils ont l’intention de faire détonner l’ensemble à la verticale du tunnel de Seikan reliant les îles japonaises de Hokkaido et de Honshu. Vous êtes le capitaine de la frégate américaine FFG51 Gary et ces informations vous ont été transmises par un message flash ultrasecret émanant des services de renseignement japonais. L’état-major de l’US Navy vous a de son côté transmis un autre message dénué d’ambiguïté : vous avez l’ordre de coopérer pleinement avec Tokyo. Vous devez retrouver et intercepter le submersible par tous les moyens : la vie de milliers de gens en dépend.
Fort heureusement, tout ceci n’est que le scénario d’un jeu informatique développé par la société Sonalysts Combat Simulations. Un scénario qui pourrait cependant devenir réalité car étant à la portée d’un mouvement terroriste disposant d’une puissance financière suffisante pour acheter un submersible ou le construire.
Dès lors que l’on évoque la possibilité d’acquérir un tel bâtiment, la première piste qu’il apparaît intéressant de suivre est celle de l’ex-Union soviétique. Au moins un cas peut être relevé : le cartel de Cali a tenté de s’offrir un sous-marin à propulsion classique de classe Tango ; les tractations impliquèrent un amiral russe qui se faisait fort d’armer le submersible sous couvert de recherches océanographiques. Aujourd’hui, la société Yugoimport-SDPR cherche désespérément à vendre quelques sous-marins de poche type 911 (18,8 mètres de long) qui sont en position de stockage depuis 1998. En Russie, pays où tout s’achète, au moins deux Piranya immatriculés MS-520 et MS-521 (MS pour « Mali Spetzialnoye » soit « petits spéciaux ») rouillent le long d’un quai. Ces submersibles de petites dimensions sont capables de plonger jusqu'à 200 mètres de profondeur ; ils ont une autonomie de 1 000 nautiques en surface et de 130 nautiques en plongée. La secte Aum Shinrikyo disposait en Russie de contacts influents ; les disciples de Shoko Asahara y avaient acquis un hélicoptère Mi-17 et des négociations concernant l’achat d’un sous-marin à propulsion nucléaire y avaient été initiées.
Après l’URSS puis la Russie, la Corée du Nord offre des perspectives intéressantes pour tout mouvement terroriste cherchant à acquérir un engin submersible de poche. Les ingénieurs de Pyongyang ont une grande expérience en la matière ; citons par exemple le développement des classes Yugo (22 mètres de long, 70 tonnes de déplacement) et Sang-O (34 mètres de long). Il existe également un engin plus spécifique dénommé Cluster Osprey : il s’agit vedette rapide submersible capable de croiser à 40-50 nœuds en surface et à 4-6 nœuds en plongée. Des versions dérivées du Cluster Osprey seraient disponibles à l’export. Parallèlement, on notera la désertion médiatisée d’un officier sous-marinier nord-coréen.
Au moins deux mouvements terroristes apparaissent bel et bien avoir pris livraison d’un ou de plusieurs sous-marins de poche : le Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) sri lankais ainsi que le Moro Islamic Liberation Front (MILF). Enfin, des terroristes peuvent opter pour la conversion d’un sous-marin « de tourisme » ou encore mettre la main sur un de ces submersibles habituellement utilisés pour des tâches de recherche océanographique. Au besoin, un organisme animé de mauvaises intentions peut bricoler lui-même son sous-marin de poche.
A ce sujet, la « Toile » se révèle être un outil d’investigation produisant occasionnellement des résultats très surprenants. Comme cette photo d’un sous-marin de poche monoplace construit avec les moyens du bord dans le garage d’un pavillon d’une banlieue anonyme. L’engin apparaît avoir été bâti à partir d’un réservoir de gaz domestique auquel on se serait contenté de souder à angle droit un sas d’embarquement. Or, certains sites spécialisés offrent des conseils voire des plans aux passionnés désirant construire leur propre sous-marin privé : ce qu’un bricoleur du dimanche peut faire, pourquoi un terroriste ne le pourrait-il pas ? Les trafiquants de drogue colombiens se sont quant à eux attelés à la tâche et utilisent désormais couramment des engins en matériaux synthétiques capables de naviguer juste en-dessous de la surface des flots. En deux occasions, la police colombienne a brutalement interrompu des projets plus ambitieux. Tout d’abord en 1997, année au cours de laquelle furent saisis deux sous-marins miniatures au large du port caribéen de Santa Maria. Puis en septembre 2000 où un chantier naval clandestin fut découvert dans la banlieue de la capitale Bogota. Un sous-marin de 30 mètres de long à moitié construit y était en cale sèche ; achevé, il aurait été capable d’emporter 200 tonnes de cocaïne qu’un terroriste patient et fortuné de la trempe de ceux ayant « monté » le coup du 11 septembre 2001 pourrait remplacer par 200 tonnes d’explosif. Du reste, des velléités en matière de conception de petits submersibles apparaissent avoir été observées concernant le LTTE, mouvement par ailleurs renommé pour sa propension à recourir à des attaques suicides…
avatar
Imad Eddin AL-HAMADANI
EUROMED 09|10
EUROMED 09|10

Messages : 265
Date d'inscription : 24/12/2009
Age : 34
Localisation : Casablanca

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum