Le Raid teste la balle électronique de Taser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Raid teste la balle électronique de Taser

Message  Imad Eddin AL-HAMADANI le Mer 30 Déc - 4:50

Le Raid teste la balle électronique de Taser .

Publié le 10 septembre



Après le pistolet électrique paralysant, une révolutionnaire balle électronique pourrait compléter la panoplie non létale de la police. Baptisé XREP, mis au point par la société Taser, cette munition futuriste est tirée par tout fusil de calibre 12. Intégrant un dispositif électronique ne pesant que 2,4 grammes, le projectile, d'une portée de vingt mètres, file à 100 mètres par seconde vers sa cible. À l'impact, quatre dards situés à la tête du projectile s'accrochent aux vêtements ou au corps et six épines délivrent une onde électrique incapacitante de vingt secondes. Assez pour maîtriser un suspect sans le blesser.

Le Figaro

_________________________________________________________________________________

Mort après deux décharges de Taser au Canada

Une vidéo montrant la mort d'un ressortissant polonais suscite à nouveau des inquiétudes sur l'utilisation de cette arme et des interrogations sur une éventuelle bavure de la police canadienne.

LIBERATION.FR : jeudi 15 novembre 2007

Nouvelle polémique autour des pistolets Taser. Une longue vidéo diffusée à la presse montre les derniers instants d’un immigrant polonais décédé le mois dernier après avoir été maîtrisé par la police dans l’aéroport canadien de Vancouver (ouest du Canada) à l’aide d’un pistolet à décharges électriques Taser.

Robert Dziekanski, 40 ans, est mort le 14 octobre après avoir reçu au moins deux décharges de Taser. Selon la police fédérale, Dziekanski avait dû être maîtrisé après s’être montré très agité dans la zone des arrivées de l’aéroport. Ce drame a déclenché un incident diplomatique entre le Canada et la Pologne qui exige des explications complètes. La mort de Robert Dziekanski fait l’objet d’une enquête de la police locale. Walter Kosteckyj, l’avocat de la famille de la victime a déclaré que cette vidéo le dérangeait car son client ne s’y montrait pas violent.

«Je m’attendais à le voir affronter la police», a-t-il dit à l’AFP. La vidéo a été donnée aux médias par Paul Pritchard, un passager canadien qui se trouvait à l’aéroport au moment des faits. Le police avait dans un premier temps pris la vidéo à Pritchard, en promettant de la lui rendre, mais elle a ensuite refusé de la restituer, jusqu’à ce qu’il porte plainte.

Les images montrent Dziekanski effrayé, transpirant, épuisé et se parlant à lui-même en polonais. Il s’agite près d’une porte automatique, qu’il bloque avec des chaises et une table. Puis, il attrape un ordinateur sur un comptoir et le jette au sol, alors que des vigiles se trouvent tout près de lui.

«Il parle russe... il faut un interprète russe», dit alors un vigile. Quatre policiers apparaissent alors à l’image. «ça va monsieur?», dit l’un d’eux. Dziekanski tourne alors le dos aux policiers et semble vouloir s’éloigner. C’est alors que l’un des policiers lui administre une décharge de Taser, qui le fait hurler, tomber à terre et se tordre, avant que les policiers ne le maîtrisent. Quelques secondes plus tard, Dziekanski ne bouge plus.

Ouvrier du bâtiment qui arrivait de Francfort en Allemagne et ne parlait que polonais, il avait pris l’avion pour la première fois de sa vie pour venir s’installer au Canada, où vivait déjà sa mère, Zosia Cisowski, 61 ans. Mais il a attendu sa mère dans la zone de livraison des bagages, a expliqué Me Kosteckyj.

Cette dernière n’était pas autorisée à pénétrer dans cette zone sécurisée, et a dû attendre à quelques mètres de là, de l’autre côté d’un mur, sans savoir si son fils était bien arrivé. M. Dziekanski a attendu dix heures près des bagages sans que «les autorités de l’immigration ou de l’aéroport ne l’interrogent ou ne cherchent à savoir quel était le problème», a ajouté l’avocat. Entre temps, sa mère avait quitté l’aéroport. Il ne l’a donc pas trouvée, à sa sortie dans la zone des arrivées, 25 heures après être parti de chez lui.

_________________________________________________________________________________

Un rapport d'Amnesty attaque le Taser
16.12.2008, 08h00 | Mise à jour : 08h26


Les pistolets à impulsions électriques Taser peuvent tuer et leur recours par la police doit être réservé aux situations extrêmes, alerte Amnesty International dans un rapport sur l'utilisation de cette arme aux Etats-Unis publié mardi. S'appuyant sur des rapports d'autopsie, l'organisation de défense des droits de l'Homme estime que, sur les 334 personnes mortes aux Etats-Unis entre 2001 et août 2008 après avoir subi le choc électrique d'un Taser, une cinquantaine de décès sont dus de façon directe à l'usage de cette arme.

«Les Taser ne sont pas les armes 'non-létales' qu'on a décrites», écrit l'auteur du rapport, Angela Wright, chercheuse américaine.

90% des personnes "taserisées" n'étaient pas armées

«Le problème avec les Taser, c'est qu'ils sont par nature sources d'abus, car ils sont faciles à transporter et à utiliser, et rien qu'en appuyant sur un bouton, ils peuvent provoquer une forte douleur sans laisser de traces importantes», souligne-t-elle. Le rapport relève qu'environ 90% des personnes décédées après avoir été «tasérisées» n'étaient pas armées et ne semblaient pas représenter une menace grave pour quiconque. La chercheuse cite l'exemple d'un médecin qui avait eu un accident de voiture après une crise d'épilepsie. «Il est mort après avoir subi plusieurs chocs (au Taser, NDLR) sur le bord de l'autoroute parce que, en raison de son état de confusion et d'hébétude, il ne pouvait répondre aux ordres des policiers», écrit le rapport. L'organisation cite également des cas d'utilisation du Taser contre des femmes enceintes, de jeunes écoliers ou des personnes âgées atteintes de démence.

Le Taser vise à neutraliser un suspect en libérant une décharge de 50 000 volts qui paralyse le système nerveux. Cette arme, utilisée par les forces de l'ordre de plusieurs dizaines de pays dont les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne ou la France, est présentée comme une alternative moins dangereuse aux armes à feu. Elle est cependant très contestée par des associations et des partis politiques, qui dénoncent l'absence d'étude indépendante sur l'inocuité revendiquée de l'arme. Mais la firme américaine ou ses importateurs nationaux attaquent presque systématiquement leurs détracteurs.

Taser débouté contre Besancenot

En France, l'importateur français du Taser a été débouté fin novembre par le TGI de Paris de son action en diffamation contre le porte-parole de la LCR (trotskyste) Olivier Besancenot. Ce dernier, se basant précisément sur un rapport d'Amnesty, avait affirmé que le Taser avait provoqué des morts aux Etats-Unis. Taser France a également été débouté de ses actions contre le Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme à plusieurs reprises. Les recours en annulation du RAIDH devant le Conseil d'Etat pour faire interdire l'usage de cette arme en France sont en revanche toujours pendants devant la juridiction.

_________________________________________________________________________________

Trois modèles de Taser ne seront bientôt plus en vente libre

Créé le 31.03.09 à 19h50 | Mis à jour le 31.03.09 à 19h53 | 20minutes.fr

DÉCRET - Le ministère de l'Intérieur annonce qu'ils vont être classés prochainement armes de 4e catégorie...


Bientôt un décret interdisant la vente libre des Tasers. Il visera trois modèles de pistolets à impulsion électrique et «devrait être prochainement publié au Journal officiel», a annoncé ce mardi le ministère de l'Intérieur, confirmant une information du «Parisien».

Les Stoper C, Taser MO 18 et ML 18 seront donc soumis à une autorisation préfectorale ainsi qu'à un permis de port d'arme, en passant en 4e catégorie. Actuellement, ces armes sont en vente libre aux majeurs.

Utilisés pour des vols à main armée

Certains de ces pistolets ont été utilisés récemment à l'occasion de vols à main armée. L'attention de Michèle Alliot-Marie avait été attirée sur le sujet en janvier, à l'occasion du bilan 2008 de la délinquance.

La ministre de l'Intérieur avait alors saisi la commission interministérielle de classement des armes. Dépendant du ministère de la Défense, celle-ci a accédé au souhait de la ministre, ouvrant la voie au reclassement des armes polémiques.

_________________________________________________________________________________

En video : http://www.dailymotion.com/user/damfr/video/x32izs_bientot-dans-les-manifs_news

Les abus : http://www.dailymotion.com/relevance/search/taser+abuse/video/x60xtp_reportage-scandales-taser-usa-2008_news
avatar
Imad Eddin AL-HAMADANI
EUROMED 09|10
EUROMED 09|10

Messages : 265
Date d'inscription : 24/12/2009
Age : 33
Localisation : Casablanca

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum