Les prisons secrètes de la CIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les prisons secrètes de la CIA

Message  Imad Eddin AL-HAMADANI le Mer 30 Déc - 14:38

Polémique autour de prisons secrètes de la CIA en Europe
« Bruxelles va analyser les informations sur la présence supposée de prisons secrètes américaines en Europe »...
Cette déclaration sibylline de la commission européenne hier est reprise un peu partout dans la presse ce matin!


L’information parue mercredi dans le Washington post a soulevé un début de polémique... la CIA interrogerait des responsables d'Al-Quaïda dans une prison secrète située quelque part en Europe de l'Est… Reste à savoir où ? S'interroge la presse depuis deux jours.... alors que les démentis pleuvent chez les nouveaux entrés et les futurs entrants...

« Pas en Pologne » dit le gouvernement polonais... " je ne sais rien sur ce sujet" c'est le titre du journal polonais Rzeczpospolita ce matin qui publie l'interview en forme de démenti de son nouveau ministre de l'intérieur Ludwig Dorn ... "n'empêche rajoute le journal l'association Human Right Watch met notre pays à l’index... la Pologne n'a-t-elle pas été depuis plusieurs années un des plus fidèles alliés de Georges W Bush?" et de conclure avec cette interrogation... reste qu'il serait difficile de cacher une telle prison sur notre territoire!"

La Gazeta Wyborzca hier était beaucoup plus explicite... en citant une « source anonyme polonaise qui reconnaît qu'en août 2003 ... un avion de la CIA a atterri dans le nord du Pays... il s'agissait d'un Boeing 737 N313P... il est impossible écrit l'article, qu'un tel avion ait pu s'arrêter dans un si petit aéroport uniquement pour prendre de l'essence! »

Et c'est également un Boeing 737 N313P qui a atterri en Roumanie en janvier 2004... Le quotidien Ziua ce matin semble vouloir démentir les démentis de son gouvernement... avec un titre sans ambiguïté " oui les prisons de la CIA ont au moins atterri en Roumanie" ...
" L’implication de Bucarest est maintenant indéniable puisque Human Right Watch a levé le voile sur le transport de terroristes présumés …vers des centres d'interrogatoires situés dans le monde entier... en janvier 2004 un Boeing utilisé par la CIA a transité à Bucarest et à Timisoara ... c'est écrit dans les registres de vols de la CIA dévoilés par Human Right Watch il y a un an ... même si dans nos registres roumains il n'y en a bien sûr aucune trace ... De toute façon, conclut le journal... le démenti trop tardif de notre gouvernement a bien un parfum de culpabilité!.... l'enquête de la commission européenne devrait permettre d'y voir plus clair!"

et le journal espagnol el Pais s'inquiète ce matin du sort de ces prisonniers... il s'est procuré le rapport de HRW... intitulé les « disparus des Etats Unis »... et rappelle que « l'existence de prisons secrètes pour les ennemis de l'Amérique est une information confirmée par d'autres rapports d'organisations des droits de l'homme... ces prisons ont existé au moins jusqu'à l'année dernière écrit le journal... il y en aurait au moins une en Pologne et une en Roumanie... on ne sait pas si elles existent encore, mais si elles ont fermé depuis, ça veut dire que les cent prisonniers qui y sont retenus ont également totalement disparus »
D’où le titre sans ambages de l'éditorial d'el Pais " le goulag de la CIA" .... « Ça y est le tour d'écrou de l'horreur est entré en Europe... on découvre aujourd'hui qu'au nom de la guerre contre le terrorisme ... la CIA a bien créé son archipel du goulag... avec son lot de tortures et de mauvais traitements... on savait qu'elle avait délocalisé ces pratiques à Guantanamo... l'évidence c'est qu'en Europe aussi ... et même chez des candidats à l'adhésion.... elle a fait rouvrir les locaux et les pratiques de l'ancienne dictature soviétique ».
Et le journal poursuit « le sénat américain a beau se rebeller et demander que soient appliquées les règles internationales du droits des prisonniers... la Maison Blanche menace d'opposer son veto... voilà qui nous ramène encore à Dick Cheney et à certains de ses sbires... qui dans un mémorandum de 2002 demandaient de légaliser les centres secrets de détention et la pratique de la torture pour obtenir des informations »... et de conclure « alors l'Europe a beau jeu de promettre une analyse... ce qu'il faut c'est une enquête fouillée... parce que nous ne pouvons pas tolérer de telles pratiques sur notre territoire! »

Et la pression monte autour des Etats Unis écrit le Guardian ce matin... « La commission va poser des questions à Washington… la Croix Rouge demande l'accès à ces camps ou sont enfermés dit le journal les 30 chefs suspectés d'appartenir à Al-Quaïda... mais, rajoute le quotidien britannique, c'est surtout pour les deux pays suspectés que l'affaire est embarrassante... si ces allégations sont vérifiées.. alors la Pologne serait en contradiction avec l'article 6 du traité de Nice qui exige de tous les états membres de faire respecter les droits de l'homme... elle risque donc peut être des poursuites... quant à la Roumanie conclut l'article... les perspectives de 2007 pourraient s'envoler d'un seul coup »

________________________________________________________________________

Un article du Figaro.

http://www.lefigaro.fr/international/20051104.FIG0046.html?091313

Démentis à propos des «sites noirs» de la CIA


Terrorisme. La Pologne et la Roumanie, soupçonnées par l'organisation américaine de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), d'héberger des prisons clandestines où la CIA détiendrait des membres du réseau terroriste al-Qaida, ont déclaré hier n'avoir jamais été contactés par les Etats-Unis à ce sujet. La Commission européenne a pour sa part fait savoir qu'elle vérifierait ces affirmations. La Pologne, membre de l'Union européenne (UE) depuis mai 2004, et la Roumanie, dont l'adhésion est prévue pour 2007 ou 2008, sont liées par la Charte des droits fondamentaux, qui n'est pas compatible avec la présence de prisons secrètes.

D'autre part le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a demandé hier à avoir accès aux terroristes présumés qui seraient détenus dans ce réseau de centres clandestins mis en place par la CIA au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Le Washington Post affirmait mercredi que ces prisons ont été ouvertes dans huit pays dont la Thaïlande, l'Afghanistan «et plusieurs pays démocratiques d'Europe de l'Est» que le journal n'a pas cités, contrairement à l'association HRW qui cite des registres de vols d'avions américains. L'organisation n'a également pas exclu la présence de «détenus fantômes» des services de renseignments américains dans d'autres pays d'Europe de l'Est.

________________________________________________________________________

Les soupçons s'étendent sur les prisons secrètes pour islamistes de la CIA
2005-11-16 16:06:50
MADRID (AFP)

Suède, Hongrie, Espagne, Maroc, Norvège, Italie, Roumanie, Pologne, Allemagne: enquêtes et demandes d'explications s'accumulent sur l'utilisation par la CIA de plusieurs pays pour le transport, la détention illégale et la torture de présumés terroristes islamistes.

La Norvège, la Suède, le Maroc et l'Espagne sont les derniers en date des pays concernés par ces allégations.


Le gouvernement norvégien a annoncé mercredi "une réunion avec l'ambassadeur américain pour déterminer les circonstances" de l'atterrissage à Oslo le 20 juillet d'un avion qui selon les médias locaux a été utilisé par la CIA pour convoyer des prisonniers islamistes.

En Suède, au moins deux avions-prison de la CIA se sont posés en 2005 et 2002, selon l'agence de presse suédoise TT. L'un de ces avions se serait rendu plusieurs fois à la base américaine de Guantanamo, à Cuba.

Le gouvernement suédois a demandé "une information complète" aux autorités de l'aviation civile.1

Au Maroc, Le Journal hebdomadaire a affirmé samedi, citant un ex-agent de la DST marocaine, que ce pays avait participé directement à un programme de sous-traitance de la torture mis en place par la CIA et que des appareils affrétés par l'agence américaine avaient effectué au moins dix déplacements au Maroc de décembre 2002 à février 2005.

En Espagne, quatre avions utilisés par la CIA pour transporter des prisonniers vers des prisons secrètes ont fait au moins dix escales à Palma de Majorque (Baléares), entre le 22 janvier 2004 et le 17 janvier 2005, selon le quotidien El Pais, citant un rapport de la garde civile.

Le ministre de l'Intérieur, José Antonio Alonso, a fait état mardi d'une enquête de la justice espagnole sur ces potentiels "faits gravissimes", qui pourraient aussi concerner les Canaries.

A la demande de la coalition écolo-communiste IU, M. Alonso pourrait comparaître devant le Congrès, de même que le directeur du Centre national d'Intelligence (CNI), Alberto Saiz.

"Je ne crois pas que nous ayons été approchés officiellement par le gouvernement espagnol" à ce sujet, a dit mardi un porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères.

Le Sénat américain a exigé que le chef du renseignement l'informe précisément sur les prisons secrètes gérées par la CIA, où qu'elles se trouvent.

Le Washington Post a affirmé que la CIA avait envoyé plus de 100 suspects détenus illégalement après le 11 septembre dans un réseau secret de prisons, surnommées "sites noirs" et financés par l'agence américaine en Europe de l'Est et dans d'autres pays, notamment la Thaïlande et l'Afghanistan.

La CIA avait ensuite demandé au département de la Justice d'enquêter sur "les fuites d'informations sur les prisons".

Après la Thaïlande, les démentis officiels se sont succédé en Europe de l'Est sur l'existence de ces prisons secrètes pour responsables d'Al Qaïda, tant en Bulgarie qu'en Hongrie, Roumanie et Pologne.

La République tchèque seule a admis avoir rejeté une demande américaine d'implantation d'une prison pour détenus issus de la base de Guantanamo.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a indiqué qu'il réclamait en vain à Washington depuis au moins deux ans un droit de visite aux personnes détenues secrètement à l'étranger "dans le contexte de la prétendue guerre contre le terrorisme".

En Allemagne, une enquête est en cours sur l'enlèvement en février 2003 en Italie par des agents de la CIA d'Abou Omar, un ex-imam qui aurait transité par la base américaine de Ramstein (sud-ouest de l'Allemagne) pour être conduit en Egypte.

En Italie, le Parquet de Milan a demandé vendredi l'extradition de 22 agents de la CIA soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement d'Abou Omar, qui faisait l'objet d'une enquête anti-terroriste en Italie.

Le gouvernement italien a exigé "le plein respect de la souveraineté de l'Italie".

Le rapporteur spécial de l'Onu sur la torture, Manfred Nowak, a appelé l'UE et le Conseil de l'Europe à "mener des enquêtes de haut niveau" sur l'ensemble de ces allégations. Une enquête du Conseil de l'Europe dans les Etats membres a été annoncée.

________________________________________________________________________

THAÏLANDE - Polémique sur l'existence d'une prison secrète de la CIA

D'après The Washington Post, la Thaïlande fait partie des pays qui abritent un centre de détension secret de la CIA. Cette prison existe-t-elle vraiment ? Et, dans l'affirmative, où se trouve-t-elle ? Ces questions ont besoin de réponses pour éclairer l'ambiance grise qui règne sur le pays actuellement. Certes, le chef du gouvernement, Thaksin Shinawatra, affirme qu'il n'existe aucune prison secrète sur le territoire thaïlandais, mais est-ce vrai ? Le quotidien Phujadkan affirme en effet qu'elle pourrait se trouver "dans la province d'Udonthani", dans le nord-est de la Thaïlande.

Cette hypothèse agace le chef du gouvernement, qui, lui, déclare à ceux qui ont des doutes que toutes les vérifications sont possibles auprès de l'ambassade des Etats-Unis. Le gouvernement thaïlandais a en effet loué aux Etats-Unis un immense terrain situé dans cette province, surveillé en permanence et sous haute sécurité. L'objectif de cette location serait l'installation d'une station de la radio américaine. Mais ce qui semble très étonnant dans cette affaire, c'est la taille démesurée du terrain et le système de sécurité inhabituel pour une simple station de radio.

A Bangkok, le feu vert donné par le gouvernement thaïlandais à une puissance étrangère pour occuper ce terrain, est perçu comme un non-respect de la démocratie. En effet, le Parlement n'a pas donné son avis et les Américains n'ont reçu aucune autorisation légale pour installer une station de radio sur le territoire thaïlandais

www.courrierinternational.com

________________________________________________________________________

Voir aussi :

La CIA délocalise sa guerre contre la terreur

Les Etats-Unis inventent la délocalisation de la torture

Une "prison secrète" américaine a existé dans un camp de l'OTAN au Kosovo

Strasbourg va enquêter sur les avions de la CIA
avatar
Imad Eddin AL-HAMADANI
EUROMED 09|10
EUROMED 09|10

Messages : 265
Date d'inscription : 24/12/2009
Age : 34
Localisation : Casablanca

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum